Aller au contenu principal

Santé de la mère et de l’enfant: Les premières journées de la recherche pour une meilleure prise de décisions.

Le Ministère de la Santé a organisé du 18 au 20 septembre 2019 à Ouagadougou les premièresjournées de la recherche en santé reproductive, maternelle,néonatale, infantile et des adolescents ainsi que la planification familiale SRMNIA/PF. L ‘ouverture des travaux a été présidée par le secrétaire général du ministère de la santé, Dr Landaogo S Wilfrid Ouédraogo, représentant le ministre de la Santé.


Le ministère de la santé a travers l’unité de gestion et de transfert des compétences (UGTC) en collaboration avec l’OOAS a organisé du 18 au 20 septembre 2019 les premières journées de la recherche en santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et des adolescents ainsi que la planification familiale (SRMNIA/PF). Ces journées selon le secrétairegénéral du ministère de la santé visent à « développer l’interface entre les chercheurs et les décideurs

pour une synergie d’action en faveur de lasanté reproductive, maternelle, néonatale, infantile et des adolescents ainsi que la planification familiale(SRMNIA/PF) »et faire en sorte « qu’au niveau de la santé de la mère et de l’enfant que l’on puisse avoir des résultats probants lorsque l’on met en œuvre un certain nombre de programmes ».En outre, Dr Wilfrid a souhaité que ces trois jours de travaux puissent permettre aux chercheurs et les décideurs, de développer une bonne communication et d’avoir plus d’éléments probants sur la base de la recherche afin de pouvoir mettre en œuvre un certain nombre d’interventions sur la base de décisions.

Selon PrIssiakaSombié, professionnel en charge de la recherche à l’OOAS, s’exprimant au nom du Directeur General de l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS), « un bon programme de santé qui utilise toutes les évidences du bon moment aussi bien techniques, pratiques et opérationnelles permettra d’améliorer la santé de la mère et de l’enfant ». Il a félicité et remerciéle Burkina Faso à travers le département  de la santé d’avoir accepté organisé l’activité.A noter que le Burkina Faso est le deuxième pays a organisé ces journées après le Nigéria.

DCPM/Santé