Aller au contenu principal

Plan national de développement sanitaire

Introduction au PNDS

Le Burkina Faso s'est doté d'un Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) couvrant la période 2001 à 2010 pour mettre en oeuvre sa Politique Sanitaire Nationale (PSN). L'élaboration du PNDS a été suivie de celle du Plan Triennal 2001 – 2003, qui a été effectivement mis en oeuvre durant 2003 - 2005. La tranche 2006 – 2010 du PNDS, tout comme la tranche précédente, se veut être un outil d'opérationnalisation du PNDS. A ce titre, il reste conforme à l'objectif général du PNDS qui est de réduire la morbidité et la mortalité au sein des populations et aux objectifs intermédiaires et spécifiques qui en découlent. Ce document est l'aboutissement d'une très large concertation et d'un processus participatif ayant impliqué aussi bien les responsables des directions centrales du Ministère de la Santé que les représentants des Directions Régionales de la Santé, des Districts Sanitaires et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF). En effet, son élaboration s'est appuyée sur le rapport des commissions techniques mises en place à cet effet et dont les membres étaient composés des responsables des directions centrales du Ministère, des représentants des Directions Régionales de la Santé, des Districts Sanitaires et des partenaires techniques et financiers. Les travaux effectués par ces commissions tant en groupes qu'en plénière se sont basés sur plusieurs documents de référence dont la Politique Sanitaire Nationale (PSN), le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) 2001-2010, le cadre stratégique de lutte contre la pauvreté, les objectifs du millénaire pour le développement (OMD), les rapports du Comité de suivi du PNDS et des commissions techniques de suivi du PNDS ainsi que les conclusions du rapport d'évaluation à mi- parcours du PNDS. Ce faisant, il prend en considération d'une part, les grandes évolutions et/ou tendances ayant marqué la société burkinabé au niveau de la démographie, de la conjoncture économique et politique ou encore des mentalités et modes de vie durant la période écoulée et d'autre part, les besoins, attentes et aspirations de la population en matière de santé pour les années à venir. Conscient des enjeux en la matière et des engagements internationaux pris par le pays dans le cadre de divers sommets de chefs d'Etat et/ou rencontres internationales (Abuja, Syrte, Stockholm), le plan 2006 – 2010 de mise en oeuvre du PNDS se propose de déployer une stratégie originale dite des « actions à gain rapide » sur les grandes problématiques que sont notamment le SIDA, le paludisme, la santé de la mère et de l'enfant ou encore la nutrition. Cette stratégie :

identifie de façon sélective, des actions ou des activités prioritaires qui, prises individuellement ou combinées, devraient avoir un effet de levier et un impact significatif sur les indicateurs de référence ;

concentre sur lesdites actions ou activités, les ressources notamment financières mises à disposition tant par l'Etat que par les partenaires au développement.

 

Le plan comprend trois grandes parties : le rappel sur le PNDS, le bilan de la tranche 2001 – 2005 et la tranche 2006 – 2010. Le plan inclut enfin, un planning opérationnel qui précise les responsables des activités et les années au cours desquelles ces activités doivent être menées.

 

1. RAPPEL DU PLAN NATIONAL DE DEVELOPPEMENT SANITAIRE

Le Plan National de Développement Sanitaire découle de la Politique Sanitaire Nationale dont le but est de contribuer au bien-être des populations. L'Objectif général du plan est de réduire la morbidité et la mortalité au sein des populations.

Les objectifs intermédiaires sont :

  • accroître la couverture sanitaire nationale ;
  • améliorer la qualité et l'utilisation des services de santé ;
  • renforcer la lutte contre les maladies transmissibles et les maladies non transmissibles ;
  • réduire la transmission du VIH ;
  • développer les ressources humaines en santé ;
  • améliorer l'accessibilité financière des populations aux services de santé ;
  • accroître les financements du secteur de la santé ;
  • renforcer les capacités institutionnelles du ministère de la santé.

Les objectifs spécifiques par objectif intermédiaire se présentent comme suit :

  1. ACCROITRE LA COUVERTURE SANITAIRE NATIONALE
    • développer les infrastructures sanitaires et les équipements ;
    • opérationnaliser les districts sanitaires ;
    • développer les services à base communautaire ;
    • renforcer la collaboration avec les secteurs sanitaires privé et traditionnel dans l'offre de soins.
  2. AMELIORER LA QUALITE ET L'UTILISATION DES SERVICES DE SANTE
    • développer une stratégie nationale d'assurance qualité des services ;
    • améliorer la disponibilité des médicaments essentiels de qualité et leur accessibilité ;
    • renforcer les activités de soutien et de promotion de la santé.

3. RENFORCER LA LUTTE CONTRE LES MALADIES TRANSMISSIBLES ET LES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

    • promouvoir la santé des groupes spécifiques ;
    • réduire l'incidence et la prévalence des maladies d'intérêt en santé publique.

 

4. REDUIRE LA TRANSMISSION DU VIH

    • renforcer les mesures de prévention de la transmission des IST et du VIH ;
    • améliorer la qualité de la prise en charge médicale et psychosocialedes personnes vivant avec le VIH/SIDA.

 

5. DEVELOPPER LES RESSOURCES HUMAINES EN SANTE

    • définir les orientations nationales pour le développement des ressources humaines en santé ;
    • satisfaire les besoins du système de santé en ressources humaines.

 

6. AMELIORER L'ACCESSIBILITE FINANCIERE DES POPULATIONS AUX SERVICES DE SANTE

  • améliorer l'efficience des services de santé ;
  • promouvoir des mécanismes de partage des risques en matière de santé.

 

7. ACCROITRE LES FINANCEMENTS DU SECTEUR DE LA SANTE

    • mobiliser des ressources financières additionnelles en faveur du secteur de la santé ;
    • améliorer le recouvrement des coûts.

 

8. RENFORCER LES CAPACITES INSTITUTIONNELLES DU MINISTERE DE LA SANTE

    • améliorer le cadre organisationnel du Ministère de la Santé ;
    • renforcer le cadre juridique du Ministère de la Santé ;
    • accroître les capacités d'administration, de gestion et d'appui technique du Ministère de la Santé ;
    • améliorer la coordination des interventions dans le secteur de la santé
    • renforcer la collaboration intersectorielle..