Dans la 2ème quinzaine du mois de décembre 2015, certaines formations sanitaires ont enregistrées des ruptures sporadiques du vaccin BCG. Cette rupture est liée à une pénurie internationale. Pour faire face à la situation, une commande d’urgence a été lancée par le ministère de la santé avec l’appui des partenaires techniques et financiers. Le 31 janvier 2016 , le ministère de la santé a réceptionné, 300 000 doses. Cette quantité couvre les besoins d’un trimestre mais une autre commande arrive en principe le 18 février 2016 . Il faut signaler que des régions comme celles du Centre-ouest, des Hauts Bassins et des Cascades n’avaient pas connu de rupture du vaccin BCG. Direction de la communication du ministère de la santé

Crise à l’ENSP du Burkina : Le ministre de la santé s’implique dans la résolution, 3 des  4 points de revendication trouvent déjà un consensus et  le dialogue se poursuit.

Dans le cadre de la résolution de la crise que traverse l’Ecole Nationale de Santé Publique, le ministre de la santé a rencontré le vendredi 29 janvier 2016, une délégation d’une vingtaine de personnes de la coordination nationale des élèves de l’ENSP du Burkina. Cette rencontre souhaitée par le ministre de la santé a pour objectif de trouver des solutions à la crise qui secoue l’ENSP du Burkina (Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Ouahigouya, Koudougou, Tenkodogo, Fada, et Kaya) qui compte actuellement 7603 élèves. Pour introduire les échanges, le Dr Smaïla Ouédraogo, a présenté le contexte socio économique du Burkina marqué par une régulation budgétaire à tous les niveaux.

COMMUNIQUE La Présidente de la commission permanente d’organisation du concours de l’internat en médecine et en pharmacie, session 2015, informe les candidats audit concours que les épreuves se dérouleront du 7 au 10 décembre 2015 dans les locaux de la section odonto -stomatologie de l’Unité de formation en sciences de la santé (UFR/SDS). L’appel des candidats est fixé à 7h. Le programme des épreuves se présente comme suit : Section médecine - lundi 07 décembre 2015 épreuve série A : Anatomie - mardi 08 décembre 2015 épreuve série B : Biologie - mercredi 09 décembre 2015 épreuve série C : Chirurgie et spécialités chirurgicales - jeudi 10 décembre 2015, épreuve série D : Médecine et spécialités médicales Section Pharmacie : Phase écrite - lundi 07 décembre 2015 épreuve série A1 : Sciences physico-chimiques ; - mardi 08 décembre 2015 épreuve série A2 : physiologie, biologie ; - mercredi 09 décembre 2015 épreuve série B1 : sciences pharmaceutiques ; - jeudi 10 décembre 2015, épreuve série B2 : sciences biologiques. Epreuves pratiques : Samedi 12 décembre 2015 et concerne uniquement les candidats admissibles en pharmacie à l’issue des épreuves écrites. Bonne chance à tous les candidats. La présidente de la commission Dr Djénéba SANON/ OUEDRAOGO

Introduction Selon une estimation globale réalisée en 2010, le nombre de personnes atteintes de déficience visuelle est de 285 400000 personnes dont 39,4 millions de non-voyants et 246,0 millions d'individus à basse vision. (1) Les personnes âgées de 50 ans et plus constituent 82% des non-voyants et 65% des personnes ayant une déficience visuelle. Tandis que la région ouest africaine représente 12% de la population mondiale, elle compte 15% (soit 5,9 millions) de non-voyants dans le monde. Toutefois, la prévalence de la déficience visuelle a connu quelques améliorations en Afrique sub-saharienne (ASS). En effet, la prévalence normalisée de la cécité selon l'âge en Afrique subsaharienne a diminué de 32%, passant de 1,9% en 1990 à 1,3% en 2010, tandis que la déficience visuelle modérée ou sévère (DVMS) de 5,3% à 4,0% (95% CI 0,2% à 0,3%) sur la même période (2). La prévalence de la cécité qui est de 2,1% chez les hommes et de 2,3% chez les femmes en Afrique de l'Ouest demeure la plus élevée en Afrique. La prévalence de DVMS en Afrique de l'Ouest se trouve être également la plus élevée. En 2010, la prévalence de la cécité est plus élevée chez les plus âgés dont 5,6% d'hommes et 6,3% de femmes âgés de plus de 50 ans. Au Niger qui a la prévalence normalisée la plus élevée selon l'âge en Afrique chez les plus de 50 ans, 9,3% d'hommes et 10,2% de femmes de cette tranche d'âge sont aveugles. En termes absolus, le nombre de personnes aveugles en Afrique de l'Ouest est passé de 1,9 millions en 1990 à 2,1 millions en 2010. Le nombre de personnes victimes de DVMS dans la sous-région a également augmenté de 5 800000 à 7200000 au cours de la même période. Les principales causes de déficience visuelle sont la cataracte, les vices de réfraction, le trachome, la dégénérescence maculaire, le glaucome et la rétinopathie diabétique. (2) La prévalence des troubles oculaires, de déficience visuelle légère et modérée chez les enfants scolarisés est respectivement de 10,1%, 7,3% et 1,1%. (3) La majorité des enfants n'ont jamais fait d'examen de la vue. Les affections oculaires ont des conséquences socio-économiques graves. Les coûts directs de soins de santé liés à la déficience visuelle en Afrique devraient augmenter d'environ 44 milliards de dollars en 2010 à 59 milliards de dollars d'ici l'an 2020. (4) Au regard de ce qui précède, la 66ème Assemblée mondiale de la santé s'est fixé pour objectif de réduire la prévalence des déficiences visuelles évitables de 25% d'ici l'an 2019 en utilisant la prévalence 2010 comme base de référence. L'Organisation mondiale de la santé a élaboré un plan d'action global 2014-2019 qui définit les stratégies pour atteindre la santé oculaire universelle. Ce plan remplace désormais l'initiative mondiale précédente, «VISION 2020: Le droit à la vue», qui a été mis en place par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Agence Internationale pour la Prévention de la Cécité (AIPC) et lancé en 1999 avec le double objectif d'éliminer la cécité évitable d'ici l'an 2020 et de prévenir le doublement prévu du nombre de déficiences visuelles évitables entre 1990 et 2020. Cette initiative a longtemps été une priorité de l'OOAS, depuis sa création. L'OOAS a appuyé les États-membres de la CEDEAO dans l'élaboration de leurs politiques et plans. Elle a également fourni des appuis en matière de formation, des infrastructures, et de l'assistance technique et financière. Cependant, il n'existe pas de plan stratégique régional pour guider les interventions prioritaires au niveau régional. OBJECTIFS L'objectif principal est d'élaborer un plan stratégique régional chiffré en vue d'orienter les pays dans leurs efforts en matière de promotion de la santé oculaire, de prévention et de lutte contre la déficience visuelle dans l'espace CEDEAO. Objectifs spécifiques: • Donner un aperçu de la charge de la cécité et de la déficience visuelle dans la région Ouest- Africaine • Analyser les causes de la déficience visuelle dans la région • Évaluer la réponse actuelle aux déficiences visuelles dans la région et documenter les insuffisances et les meilleures pratiques • Élaborer un plan stratégique régional intégré et chiffré de la promotion de la santé oculaire et de la prévention, du traitement et de la gestion de la déficience visuelle. • Faire une recommandation sur les mécanismes novateurs en vue d'actions multisectorielles, de la coordination, de la mobilisation des ressources, de la gestion de l'information et de la couverture universelle. Tâches L'analyse de la situation sera réalisée à travers une revue documentaire complétée par des visites-pays. L'analyse comprendra de préférence: Epidémiologie • La charge, les caractéristiques et les tendances des principaux troubles oculaires dans la région • Les pays qui ont mené des enquêtes épidémiologiques par exemple RAAB, CSERet ceux qui ont fait la cartographie du trachome • Les causes de cécité, et des déficiences visuelles légères, modérées et sévères • Les facteurs de risque de la déficience visuelle, y compris les populations vulnérables, les inégalités dans les déterminants sociaux et les conséquences de la maladie. Gestion du Programme • Le cadre juridique et politique de la gestion, de la prévention et de la lutte contre les troubles oculaires • La disponibilité des politiques, plans et programmes de santé oculaire • Les structures existantes de gestion, le niveau d'intégration horizontale avec d'autres programmes tels que les maladies tropicales négligées (MTN) et les maladies non transmissibles (MNT) au sein du ministère de la santé (MS) et l'intégration verticale avec des secteurs tels que l'éducation, la protection sociale et l'industrie • Les mécanismes de coordination nationale pour la promotion de la santé oculaire ainsi que la prévention et la gestion de la déficience visuelle • Un Système national d'information sanitaire de la santé oculaire et le suivi des indicateurs clés tels que le taux de chirurgie de la cataracte, la couverture chirurgicale de la cataracte, la proportion de personnes souffrant d'un vice important de réfraction (c-à-d. , Kyei S, Abokyi S. Epidemiology of oeular disorders and visual impairment among sehool pupils in the Cape Coast Metropolis, Ghana. British Journal of Visual Impairment 2015;33(1):45-53. 4. Gordois A, Cutler H, Pezzullo L, Gordon K, Cruess A, Winyard S, et al. An estimation of the wor/dwide economie and health burden of visual impairment. Global public health 2012;7(5):465-81.

Agenda de la semaine

Video

Facebook

Pharmacie de garde

pharmacie

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Ouagadougou

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Bobo Dioulasso

Galerie images