Le ministère de la santé et l’ambassade d’Egypte intensifient la lutte contre les larves de moustique par l’utilisation de biolarvicides
Le ministère de la Santé  a signé le vendredi 21 septembre 2018 à Ouagadougou une convention avec l’ambassade de la république  d’Egypte au Burkina Faso dans le cadre de la lutte contre le paludisme notamment dans son volet lutte anti vectorielle.
Depuis 2015, une équipe d’experts de lutte anti vectorielle de la République Arabe d’Egypte séjourne au Burkina Faso. Au cours des concertations la République Arabe d’Egypte a manifesté le souhait d’accompagner notre pays dans la lutte contre le paludisme notamment son volet lutte anti vectorielle. C’est dans ce cadre qu’une signature de convention entre les deux parties est intervenue ce jour.
Cette convention va faciliter la planification et la mise en œuvre du projet pilote de lutte anti larvaire dans la ville de Ouagadougou. L’objectif global du projet est de contribuer à réduire la morbidité liée au paludisme dans la ville de Ouagadougou à l’horizon 2021 par l’utilisation des biolarvicides. De manière spécifique, le projet vise  à réduire dans la ville de Ouagadougou la densité larvaire de 80% à l’ horizon 2021 et de contribuer à réduire de 25% l’incidence du paludisme confirmée à l’horizon 2021 dans la ville de Ouagadougou. Ce projet vise également à réduire de 25% l’ incidence de la dengue confirmée à l’horizon 2021 dans la ville de Ouagadougou.
En rappel, le biolarvicide est un nouveau produit destiné à éliminer les larves de moustique dans les eaux stagnantes. Après la signature de la convention les deux parties ont fait le point auprès du Ministère de l’économie, des finances et du développement.  
DCPM/Santé

Agenda de la semaine

Vidéo

Facebook

Pharmacie de garde

pharmacie

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Ouagadougou

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Bobo Dioulasso

Galerie images