Lancement etude march de lemploi en sante

Lancement d’une étude pour de nouvelles approches
La Direction des Ressources Humaines du ministère de la Santé, a organisé du 4 au 7 septembre 2018 à Ouagadougou, un atelier pour amender et valider les outils et les TDR de l’étude du marché de l’emploi. La clôture des travaux qui a permis le lancement officiel de l’étude, a été présidée par le conseiller technique du ministre de la Santé, Harouna Kadio.


Afin de mieux apprécier les mesures et stratégies prioritaires à développer pour améliorer la production, le recrutement et voir la répartition et la fidélisation des ressources humaines en santé (RHS), des acteurs du ministère de la santé et des techniciens ont amendé, validé et lancé les outils et les TDR de l’étude du marché de l’emploi du personnel de la santé. L’atelier de finalisation a eu lieu du 4 au 7 septembre 2018 à Ouagadougou. Cette étude concerne les formations sanitaires et les structures de formation en santé au Burkina Faso. Selon le Directeur des Ressources Humaines du ministère de la Santé, Adama Ouédraogo, l’étude va permettre au Burkina Faso de diagnostiquer les inefficiences et les obstacles dans la chaîne de production, de recrutement, du déploiement et de la fidélisation des RHS. La clôture de l’atelier de validation des outils a consacré le lancement officiel de l’étude du marché de l’emploi en santé. Dr Fatimata Zampaligré, qui a représenté la représentante de l’OMS, a expliqué que cette étude déjà réalisée dans d’autres pays de la sous-région, permet aussi d’identifier les insuffisances dans la chaîne de production, de recrutement, de répartition, de fidélisation afin de déterminer les orientations stratégiques et les interventions les plus appropriées. « L’étude que nous lançons ce matin vient en complément pour permettre une révision du plan stratégique en vue d’une planification efficiente » a souligné Dr Zampaligré. Le représentant du ministre de la Santé, le Conseiller Technique, Harouna Kadio, a relevé que les résultats de cette étude vont contribuer à résoudre le problème de la disponibilité des données sur la production et le recrutement des RHS, principalement dans le secteur privé. « Cette étude traitera également des questions liées aux capacités de production des structures de formation en santé et de la problématique de leur absorption et de leur fidélisation » a-t-il souligné. Par ailleurs, il a remercié les partenaires financiers et invité les acteurs impliqués dans la chaîne de collecte et d’analyse à plus de professionnalisme dans l’exécution des données.

DCPM/Santé

Agenda de la semaine

Vidéo

Facebook

Pharmacie de garde

pharmacie

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Ouagadougou

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Bobo Dioulasso

Galerie images