Un plan national d’accélération de la planification pour la période 2017-2020 validé
Le ministère de la Santé à travers la Direction de la santé et de la famille (DSF), a organisé une session de validation du document portant Plan National d’accélération de Planification familiale du Burkina 2017-2020. L’atelier a eu lieu le lundi 27 novembre 2017 sous la présidence de la Secrétaire générale, Dr Francine OUEDRAOGO/DOUAMBA et en présence de chef des partenaires techniques et financiers représenté par Mme Bijou MUHURU.


En rappel, c’est à la conférence internationale sur la population et le développement, tenue au Caire en 1994 que le Burkina Faso à l’instar de plusieurs pays africains a pris au lendemain de cette conférence des engagements historiques et sans précédents en faveur de la planification familiale notamment le droit légitime des femmes de décider librement elles-mêmes, quand, comment et combien d’enfants elles voudraient avoir. Trop de femmes meurent dans la sous-région en donnant la vie et beaucoup de ces décès sont évitable surtout à travers une utilisation accrue des services de planification familiale. Le Burkina Faso ne fait pas exception à la règle et beaucoup de femmes y meurent de causes liées à la grossesse et à l’accouchement et des milliers de femmes et filles souffrent de complications, en grande partie évitables. Selon la Secrétaire Générale, Dr Francine OUEDRAOGO/DOUAMBA, le processus d’élaboration du plan national d’accélération de la planification familiale (PNA_PF 2017-2020) débuté en février 2017, s’est poursuivi en vue de rendre disponible à chaque étape un document de planification familiale de qualité, et aujourd’hui ce document est disponible et sera soumis pour appréciation et validation. Il est à noter que trois organes à savoir l’équipe opérationnelle, le Comité technique et le comité de pilotage ont été mis en place à cet effet.
DCPM/Santé