Le Ministère de la santé et ses partenaires techniques et financiers (PTF) ont organisé un atelier sur le financement des plans de gestion des déchets biomédicaux (DBM) au Burkina Faso le 24 novembre 2017 à Ouagadougou.
La problématique de la gestion  des déchets biomédicaux constitue une préoccupation de santé publique pour le ministère de la santé.

C’est conscient de cette problématique, qu’il a organisé une table ronde sur cette question avec ses partenaires techniques et financiers pour susciter leur adhésion dans la gestion des déchets biomédicaux (DBM) c’était le 24 novembre 2017 à Ouagadougou. Cette table ronde a pour objectif général de solliciter l’engagement des partenaires techniques et financiers (PTF) pour le financement des plans de gestion des DBM. Il s’agit de façon spécifique de : faire l’état des lieux de la gestion des DBM au Burkina Faso ; d’échanger sur la problématique de la gestion des DBM dans les établissements de santé et enfin obtenir un engagement des PTF pour le financement des activités de gestion des DBM. Selon les organisateurs, une étude menée en 2016 par la Direction de la promotion de la santé (DPS) sur la gestion des DBM fait ressortir entre autres, l’absence ou la mauvaise fonctionnalité des incinérateurs, l’absence de quantification des DBM au niveau des structures de santé, les équipements de collecte des déchets ne répondent pas aux normes en termes de qualités et de quantité et l’insuffisances de dotations budgétaires pour couvrir tous les besoins en gestion des DBM. Le Directeur général de la santé Isaïe Médah, a indiqué que « Conscient des pollutions environnementales que pourraient engendrer la mauvaise gestion des déchets issue des soins, le ministère de la santé en collaboration avec la Banque mondiale a adopté en novembre 2005, une stratégie nationale de gestion des déchets ». Il a par ailleurs signifié que, malgré les efforts fournis pour la gestion des DBM, force est de constater que dans les structures sanitaires les déchets biomédicaux produits ne sont toujours pas gérés convenablement. Au sortir de sortir de cette rencontre le ministère de la santé espère avoir un engagement de ses partenaires à l’accompagner dans sa vision d’assurer des soins de qualité dans un environnement sécurisé à travers le financement des activités de la gestion des déchets médicaux a conclu Isaïe Medah.
DCPM/Santé