Les caravaniers ont échangé avec les populations de Téma-Bokin
Le mardi 26 juin 2018, le cap a été mis sur la commune de Téma-Bokin, dans la région du nord. Les caravaniers sont allés échanger avec la population et des agents de santé sur place.
Les statistiques dans cette partie du Burkina Faso montrent un fort taux de mortalité des enfants et des femmes, lié à la faiblesse de la prévalence contraceptive. C’est dans ce cadre que la caravane de presse « 100 jours pour convaincre », a parlé de la planification familiale avec le personnel de la Santé et des femmes de Téma-Bokin. Selon Sarata Sankara, âgée de 37 ans et mère de sept enfants, elle entend parler des méthodes contraceptives, mais elle ne s’y est jamais intéressé. Pour elle, son projet est d’arrêter l’accouchement après l’enfant qu’elle allaite. Mais, elle a tout de même souligné que c’est à son mari que revient le dernier mot. Présente au centre de santé pour une consultation, Bibata Simporé, en classe de 4e utilise selon elle la capote comme méthode de contraception. Son mal est qu’elle remarque une perturbation de ces règles. « Par mois je vois mes règles deux fois, c’est cette peur qui me fait venir en consultation » a-t-elle justifié sa présence dans les locaux du Centre de santé et de promotion sociale de Téma. Mariame Sawadogo est une fille mais elle vie avec un homme. Elle dit avoir utilisé dans un premier temps les norplants avant de passer aujourd’hui aux comprimés. Pour ce qui est de la planification familiale, les femmes ont reconnu que les infirmiers chefs de poste à chaque consultation, leur parlent des différentes méthodes contraceptives.
DCPM/Santé

Agenda de la semaine

Vidéo

Facebook

Pharmacie de garde

pharmacie

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Ouagadougou

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Bobo Dioulasso

Galerie images