Les techniciens donnent les détails au parlementaire
Le ministre de la Santé, Nicolas Méda et son staff technique se sont expliqués sur le projet de loi de finances, budget programme 2018-2020 devant la commission finances et budget de l’Assemblée nationale le mardi 24 octobre 2017 à Ouagadougou.
La commission finances et budget de l’Assemblée nationale après constat fait dans beaucoup de centre sanitaires et les informations qui les parviennent a voulu mieux comprendre de la gestion du ministère de la Santé.

A cet effet, le ministre et son staff technique ont été reçu le mardi 24 octobre pour s’expliqué sur le constat fait. Des questions sur les médicaments contrefaits, la capacité de gestion des dépôts pharmaceutique, la transformation des CSPS en CM et des CMA en district, la disponibilité des groupes électrogènes, etc. ont été posées au staff technique et au ministre par les élus du peuple. Le ministre Nicolas Méda sans langue de bois a décrypté la situation qui prévaut actuellement dans son département.  Selon lui, la politique nationale de santé et son instrument de mise en œuvre qui est le plan sanitaire de développement sanitaire 2011-2020, s’inscrivent dans l’axe 2 du PNDES intitulé.  Par rapport à la gratuité, Pr Nicolas Méda a apprécié le projet. Selon lui, jusqu’à présent c’est le seul projet social qui fonctionne très bien au Burkina Faso. « Les manques de stock entre temps est dû au fait que les finances ont élaboré un budget sous-estimé du fait que le projet a démarré en 2016 en milieu de l’année et en 2017, ils ont reconduit le même montant donc du coup après la moitié de l’année il n’ avait plus de ressources mais des dispositions ont été prise » a souligné le ministre de la Santé, Nicolas Méda.  Pour les questions techniques, Nicolas Méda avait déjà une idée de l’évolution. A ce niveau, après des recadrages il a permis à chaque responsable de service de se prononcer et d’apporter les précisions sur les doutes, inquiétudes des Députés. Pour ce qui est des médicaments contrefaits la Directrice de la Pharmacie, Dr Nacoulma a relevé que sur tous l’ensemble des  contrôles diligentés par le ministère il n’y a pas eu de médicaments contrefaits dans nos stock pharmaceutique mais des médicaments qui ont perdu leur qualité pour mauvaise conditionnement. Toutes les questions ont eu des réponses satisfaisant à voir l’ambiance dans la salle.
DCPM/Santé