Le ministère de la Santé, en collaboration avec la fondation Rama et ses partenaires ont organisé du 28 au 29 septembre 2017 à Ouagadougou, le 2e congrès panafricain sur les fistules obstétricales. La cérémonie a connu la présence de plusieurs personnalités, à savoir la 1re Dame du Faso, Sika Kaboré.
« Fistule obstétricale, les communautés s’engagent pour une réduction significative de ce fléau », tel est le thème du 2e congrès panafricain sur les fistules obstétricales, qui se tient du 28 au 29 septembre 2017 à Ouagadougou.

L’objectif général de cette rencontre est de promouvoir la participation communautaire dans la lutte contre les fistules obstétricales en Afrique de l’ouest. Plus spécifiquement ce congrès vise à : sensibiliser les parties prenantes, ainsi que les partenaires pour un engagement à la lutte contre les fistules et stimuler la concertation entre les différentes structures communautaires de l’Afrique de l’ouest, en faveur de la lutte contre les fistules. Selon la présidente de la fondation RAMA, Rasmata Kabré, la persistance de la fistule obstétricale est due essentiellement à l’insuffisance des structures sanitaires pour prendre en charge les consultations, et à l’inaccessibilité géographique et financière des soins de santé pour les populations. La prise de conscience des fistules obstétricales comme un problème de santé publique en Afrique subsaharienne, l’a été récemment, grâce à la campagne mondiale « en finir avec les fistules » lancée par l’UNFPA en direction de neuf pays d’Afrique en 2003. Le ministre de la Santé, Pr Nicolas Méda, a loué l’initiative des organisateurs, surtout l’engagement de la fondation RAMA dans les soins de santé de la mère et l’enfant particulièrement la lutte contre les fistules obstétricales. A l’entendre, la fistule est surtout répandue dans les communautés pauvres d’Afrique sub-saharienne. Pour lui, dans les pays de l’Afrique sub-saharienne, plus précisément ceux de l’Afrique de l’ouest, le mariage précoce, et l’excision sont des faits courants. « Dans ces pays, ce sont des adolescentes qui se retrouvent précocement mariées et qui accouchent alors qu’elles ne sont âgées que de 14 à 19 ans » a relevé Pr Méda. Au cours de la cérémonie, Dr Compaoré/Kéré épouse du Ministre d’ Etat , Ministre de la Sécurité  M. Simon Compaoré a été investie Ambassadrice de la lutte contre la fistule obstétricale. La toute nouvelle Ambassadrice a promis de se donner sans réserve pour l’éradication de la fistule en Afrique de l’Ouest et en particulier au Burkina Faso.
DCPM/Santé