Le ministre de la Santé, Pr Nicolas Méda a reçu en audience le lundi 18 septembre 2017, le directeur  général de la Garde de Sécurité Pénitentiaire Géoffroy  Yogo et  le directeur de la Santé et de l’Action Sociale du ministère de la Justice Dr  Karim Traoré.  Les attributions de la  direction de la Santé et de l'Action Sociale au sein du ministère de la justice et sur les préoccupations de santé de la population carcérale ont été au cœur des échanges.

 

Le ministre Nicolas Méda,  a félicité la mise en place de cette direction et s'engage à travailler avec elle pour la résolution des problèmes de santé dans les prisons. Pour lui, les interventions de santé en milieu fermé comme dans les prisons doivent s'orienter vers la prévention et la promotion de la santé. Il a par ailleurs, fait la promesse d'augmenter le nombre des infirmiers affectés dans les prisons et de mettre à la disposition des maisons d’arrêt  de Ouagadougou et  de Bobo, un médecin en temps plein.
Il a également été question des dispositions de la loi 010- 2017/AN du 10 avril 2017 portant régime pénitentiaire au Burkina Faso  qui prévoit entre autre en ses articles 256, 262, 264):
- une consultation hebdomadaire des médecins de district dans les infirmeries des prisons ;
- La construction d'Unités hospitalières sécurisées au sein des CHU/ CHR pour l'hospitalisation des détenus malades
- La gratuité des soins pour les détenus hospitalisés.
Le ministre de la santé s’est montré particulièrement sensible aux questions  sanitaires en milieu carcéral et a promis accéder rapidement au besoin du corps médical dans les prisons.
A la suite de ces entretiens, une équipe de l’entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC)  a aussi été reçue par le Ministre de la Santé, Nicola Méda. Ils ont échangé  sur les prérogatives de cette structure. En rappel,  EUMC est organisme international qui œuvre dans le développement économique et sanitaire au Burkina Faso.  Elle vise l’amélioration des services de santé à travers le renforcement des capacités du personnel et des équipements. L’institution prévoit le lancement officiel de ses activités le 26 octobre 2017. A cet effet, ils sollicitent pour cette 2e phase l’accompagnement du  ministre de la Santé pour la réussite des activités.  
DCPM/Santé