Le ministère de la santé et ses partenaires, ont organisé le 30 août 2017 à Ouagadougou, un atelier d'évaluation de capacités et de mise en œuvre du règlement sanitaire internationale au Burkina Faso. Les échanges ont porté sur l’outil JEE de l’OMS.
Dans le cadre de la surveillance des maladies à potentiel épidémique et des événements de santé publique (biologiques, chimiques, radiologiques) risquant d’avoir un effet sur la santé de l’homme, le Burkina Faso a souscris au « Règlement sanitaire international, (2005) » (RSI 2005).

En rappel le RSI est un ensemble complet et éprouvé de règles et de procédures qui contribuent à mieux protéger le monde contre les menaces pour la santé. Il vise à limiter la propagation internationale des épidémies et des autres urgences de santé publique en perturbant le moins possible les déplacements, les échanges commerciaux et la vie économique. C’est dans ce cadre que le ministère de la santé à travers la direction de lutte contre la maladie en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont animé une rencontre de partage d’information avec les professionnels des ministères de l’Environnement, des Ressources Halieutiques et Animales entre autres.
Les objectifs de cette rencontre étaient en résumé de briefer les parties prenantes sur les documents de l’évaluation externe conjointe du RSI (2005), faire un aperçu de l’outil d'évaluation, présenter le guide de mise en œuvre. Dr Wilfried Brice BICABA, Directeur de lutte contre la maladie (DLM), a précisé que « le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays est souvent soumis à des catastrophes naturelles et à des crises humanitaires ». Pour lui, l’évaluation de l’outil de règlement sanitaire internationale vient à point nommé car il permettra de vérifier l’efficacité des systèmes de surveillance.
DCPM/Santé