RENFORCEMENT DES CAPACITES AU MINISTERE DE LA SANTE

Les acteurs outillés pour la prise en charge psychologique des victimes

Le ministère de la Santé a organisé du 18 au 22 avril 2016, une formation d’agents spécifiques pour la prise en charge sanitaire des victimes de catastrophes au Burkina Faso. C’est le ministre de la Santé, Dr Smaïla OUEDRAOGO qui a procédé à l’ouverture de la formation.

 

Destinés à tous les acteurs chargés de la réponse aux situations sanitaires exceptionnelles, cette formation fait suite à certains nombre d’évènements ayant marqué collectivement les populations burkinabè ces dernières années. Il s’agit entre autres des pluies diluviennes du 1er septembre 2009, des mutineries de soldats au cours du premier trimestre 2011, de l’explosion dans le quartier Larlé à Ouagadougou en juillet 2014, des multiples accidents de transport en commun avec morts d’hommes, du crash du vol AH 5017 de la compagnie air Algérie le 24 juillet 2014. A cette liste non exhaustive, est venue se greffer les attaques terroristes du 15 janvier 2016 à l’hôtel Splendide et au café le «  Capuccino ».

Ces événements qui sont source de traumatismes psychiques majeurs pour de nombreuses familles n’ont pas tous été suivis d’intervenions psychosociales précoces et organisées. Et pourtant, l’OMS souligne qu’en de pareilles situations, la prise en compte de la santé mentale et du bien-être psychosocial permet de préserver la dignité des victimes et d’améliorer l’action sanitaire en général. En outre, les professionnels de santé mentale bien que disposant pour certains de notions de base sur la prise en charge de la détresse psychologique, n’ont pas tous reçu de formation spécifique sur le psychotrauma.

C’est dans cette optique, que le ministère de la Santé a décidé d’un atelier national de formation des acteurs chargés de la réponse aux situations sanitaires exceptionnelles. Cette démarche qui entre dans le cadre de la mise en œuvre de notre plan stratégique santé mentale 2014-2018, s’inscrit également en droite ligne avec les engagements pris par l’Etat burkinabè d’assister et de protéger les populations en détresse du fait des catastrophes et de contribuer à atténuer les effets dévastateurs des catastrophes.

De plus, l’atelier national est placé sous l’égide du Système de Gestion des crises et du Stress des Nations Unies (CISMU) dans le cadre de son programme pilote de renforcement des capacités au niveau Institutionnel à faire face aux catastrophes.