Page d'accueil Contacts
PDF Imprimer Envoyer

FORMATION PROFESSIONNELLE AU MINISTERE DE LA SANTE

Un master II en logistique de santé en vigueur

altLa ville de Ouagadougou a abrité le vendredi 15 novembre 2013, la cérémonie de lancement officiel de la formation en logistique de santé destinée aux professionnels de la Santé. En partenariat avec l’Institut Bioforce développement, le ministère de la Santé du Burkina Faso entend par cette formation mettre à la disposition des systèmes de santé d’Afrique des logisticiens de santé qualifiés pour le renforcement du cycle de l’approvisionnement en produits de santé. C’est le ministre de la Santé M. Léné Sebgo en présence de l’ambassadeur de France au Burkina Faso M. Giles Thibault et du directeur général de Bioforce M. Benoît Silvequi a présidé la cérémonie.

altDans le contexte sanitaire africain marqué par une insuffisance de lutte contre la maladie comme le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme, la formation  enlogistique de santé destinée aux professionnels de la Santé en Afrique s’avère un élément indispensable à cette lutte. Cette formation vise à améliorer la gestion et l’approvisionnement des produits et équipements de santé utilisés dans les programmes de lutte contre le paludisme et le Sida.

Selon la directrice générale de l’Ecole nationale de santé publique (ENSP), Mme Martine Bonou/Bationo, l’ouverture de la filière des cadres préparateurs en pharmacie, option logistique de santé, est une première dans la sous région et constitue la fierté de son école et des autorités de notre pays. «  Elle va permettre non seulement, le développement des ressources humaines en santé, mais aussi, va contribuer à offrir à nos populations, des soins de qualité par un renforcement de la Chaine logistique ». La directrice de l’ENSP a également donné le rôle du logisticien de santé qui est un coordonnateur non médical au service de la prise en charge du patient. Il est amené à auditer, à planifier, à organiser et à optimiser les activités de mises en œuvre dans la prise en charge des patients.

« Le programme de formation comprend 15 unités d’enseignement reparties en quatre semestres. Le diplôme délivré en fin de cycle est un Master professionnel », a ajouté la directrice générale de l’Ecole. Les cours seront assurés par l’Ecole nationale de Santé publique (ENSP)  et l’Institut Bioforce développement.

altLes cours ont débuté en octobre 2013 et onze étudiants recrutés sur concours et issus de différentes structures sanitaires prennent part à la formation. Le directeur général de l’Institut Bioforce développement, Benoît Silve a relevé que les indicateurs prioritaires du projet renforcement deformation en logistique de santé destiné aux professionnels de la Santé en Afrique se rapportent pour le moment à la lutte contre le Sida et le paludisme. Plus tard, s’intègreront  les volets nutrition, santé maternelle et infantile, santé de la reproduction, planification familiale, prévention des urgences obstétricales. Il a marqué également la disponibilité de son institution à accompagner le ministère de la Santé dans l’amélioration de la coordination des approvisionnements.

L’ambassadeur de France au Burkina Faso et parrain de la cérémonie M. Giles Thibault, a indiqué que son pays accompagne le Burkina Faso dans le renforcement  des capacités et de l’impact sanitaire des programmes du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme à travers «  l’initiative 5 % », lancée en fin 2011 par la France. Il a émis le vœu de voir ce projet contribuer à plus d’un titre au rayonnement de la qualité de l’approvisionnement des produits de santé, des matériels techniques et des matériaux biomédicaux. Enfin M. Giles Thibault a présenté trois points forts émanant du projet de formation. Il s’agit de son insertion dans la stratégie nationale  de santé, de la création des conditions de sa pérennisation et la participation des organisations sous régionales et internationales.

altLe ministre de la Santé M. Léné Sebgo, revenant sur les forces du projet de formation pour le Burkina Faso en matière de lutte contre la maladie,  a invité les onze élus de la première promotion à cultiver le savoir faire, le savoir être pour être de bons exemples. « Il n’est pas aisé d’être pionnier. Vous avez la lourde tâche de bien réussir ». Le ministre de la Santé a également interpellé  les membres de l’unité de gestion et de l’Institut Bioforce à la rigueur, le respect de la planification et des procédures de gestion. Il a insisté sur la qualité de l’enseignement à l’ENSP dans la formation en logistique, gage d’une bonne  référence régionale et même internationale.         

 

                                                                 W. Raïssa OUEDRAOGO/DCPM-Santé

 
Page Facebook Page Twitter Site map Forum Faq S'abonner à la newsletters

Compteur visites

Echos des Régions

Endos

ENDOS-BF

Rapports

Partenariats

      

Webmail Administration

   


gouvernement.gov.bf
logo iventIt africa ! Your best web designer